Les étapes de votre assainissement non collectif


Dans le cadre de votre projet d’assainissement non collectif, il est important de connaître :
- les étapes administratives à respecter;
- les conditions de pose;
- les conditions d'entretien.


Plusieurs intervenants prennent part à votre projet d'A.N.C., chacun assurant ses missions et responsabilités : 

- Le SPANC, service administratif, se chargera de :
    - communiquer le plan de zonage,
    - contrôler la micro-station et l'installation,
    - de valider les études de sol.


- Le bureau d’étude :
    - analysera votre parcelle, la taille, le type de sol ainsi que l’environnement avoisinant,
    - préconisera l’installation d’un type de dispositif d'ANC.


- L’installateur est responsable :
    - de la bonne exécution des travaux dans le respect des règles de l'art (couverture assurance décennale requise),
     - du respect des prescriptions du fabricant.


- Le fabricant est responsable des performances de la micro-station liées à l’agrément et/ou la législation concernée.



Dans quel cas doit-on placer un dispositif d'A.N.C. ?

Le zonage de l’A.N.C. a été ou sera réalisé par le Service Public d’Assainissement Non Collectif (SPANC) de votre commune.
Votre habitation ou immeuble se trouve :
- soit en zone d'assainissement collectif;
- soit en zone d'Assainissement Non Collectif (A.N.C.).


Seules les habitations situées en zone d'A.N.C. sont concernées par l'assainissement non collectif.

Pour plus d'informations, nous vous invitons à consulter:
- notre dépositaire EPUR régional (pour recevoir ses coordonnées, contactez-nous);
- votre SPANC en Commune ou Communauté de Commune;
- le Guide à l’usager sur le site du Ministère www.developpement-durable.gouv.fr.

 

Un dispositif d'ANC est un produit de la construction. Le choix du dispositif revient à l'usager.

 Haut de page

Critères de choix

Un dispositif d'ANC est un produit de la construction
Le choix du dispositif revient à l'usager ; il est de sa seule responsabilité

Il est donc important que le choix du dispositif soit optimalisé en fonction du besoin réel et des intérêts financiers directs ( coût du dispositif et de son installation ) mais également et surtout sur con coût à 15 ans et plus.

Compte tenu des coûts de vidange, le volume de prétraitement, et donc la capacité de stockage des boues et le taux de fréquence de vidange qui en découlent, est un paramètre primordial dans le choix du dispositif de traitement retenu.

D’autres critères sont cependant à analyser et à retenir :

 

BIOFRANCE® 6 EH  BIOFRANCE® Passive 6 EH 
 3 m³ de prétraitement Taux de fréquence de vidange selon statistique moyenne = 4 ans 
 Cuve monolithe  Cloisons moulées d’une pièce = étanchéité assurée et pérenne
 Fil d’eau sous le niveau des joints  Etanchéité assurée et pérenne
 Choix des matériaux  Lit fixe pérenne
 Remplacement des aérateurs à l’identique sans vidange ni dépose du lit fixe  Prestation peu onéreuse au moindre coût
Brevet EPUR
 Surpresseur double sortie et double filtration  Equipement pré réglé en usine – simplicité et fiabilité
 Faible consommation d’énergie  Frais réduits
 3 m³ de prétraitement  Taux de fréquence de vidange selon statistique moyenne = 4 ans
 Cuve monolithe  Cloisons moulées d’une pièce = étanchéité assurée et pérenne
 Fil d’eau sous le niveau des joints  Etanchéité assurée et pérenne
 Choix des matériaux  Substrat de percolation pérenne
Sans objet

Sans objet

Sans objet

 Sans objet


 Sans objet
 Zéro énergie consommée